Voyager tout le temps

Le voyage est un état d'esprit

Yangon en famille Pagode Shwedagon

Yangon en famille, faut y prendre le temps

Bon, d’entrée de jeu, on ne vous cachera rien. Yangon avec deux petites filles de 4 et 6 ans c’est pas exactement le paradis, mais ce n’est pas non plus la ville qu’il faille fuir à tout prix. On vous raconte un peu nos quatre journées dans cette pas si ancienne capitale en espérant que ces quelques lignes servent à démystifier une ville qui devrait servir à autre chose qu’un point de passage obligé pour entrer ou sortir du pays. Yangon en famille, il faut y prendre le temps pour apprécier.Pour lire la suite

africatrek

Africa Trek. 14 000 kilomètres dans les pas de l’Homme – Livre

Traverser l’Afrique à pied

Alexandre Poussin est un véritable écrivain-voyageur. Il ne conçoit pas la vie sans voyager ni, à notre grand plaisir, voyager sans écrire. Ici, c’est une véritable épopée qu’il nous livre dans Africa Trek. Un aède avec une plume. Et quelle plume! Il y consigne les expériences vécues au fil de ces 1171 jours partagés avec sa Sonia. Ils ont ensemble marché sur les traces des premiers êtres humains en suivant leur probable parcours sur près de 14000 kilomètres partant du cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud et aboutissant au Mont des Béatitudes en Israël.

Bien plus que de nous plonger dans les pas des premiers hommes c’est un voyage au cœur de la « vraie Afrique » auquel nous sommes conviés. Collés sur la réalité des peuples africains leur ouvrage nous parvient comme une carte postale à trois faces.Pour lire la suite

salar-argentine

Voyager pour retrouver une liberté perdue

aeroportUn des aspects qui me fascine le plus dans le voyage c’est l’opinion positive qu’ont plusieurs voyageurs des aéroports. Je fais partie de ces personnes qui affectionnent ces bâtiments qui, somme toute, sont plutôt laids. Décorations froides et métalliques, éclairage aux néons, personnel austère et prix exorbitants caractérisent ces lieux qui ont tout pour déplaire. Pourtant, hormis certaines personnes, toutes vêtues d’un uniforme, tout le monde y arbore sont plus beau sourire. La raison en est fort simple. Pour lire la suite

trois semaines à Cuba en famille (2): Viñales

Voici la deuxième partie de notre voyage de trois semaines à Cuba en famille: destination Viñales.

Viñales

« Tout d’abord l’homo habilis, une vraie brute qui savait tout juste battre le briquet, est parti en avant-garde, il y a un million d’années; puis l’homme de Neandertal, qui enterrait ses morts au lieu de les manger a suivi quatre cent mille ans plus tard; enfin, il y a quelques dizaines de millénaires à peine, l’homo sapiens, l’homme moderne, qui ressemble beaucoup aux deus précédents sauf qu’il fume des havanes. » Philippe de Baleine

Quatre petites heures de route séparent la Havane de ce coin de paradis. Le petit village de Viñales est situé aux pieds de mogotes, ces structures géomorphologiques qui semblent avoir été érigées-là comme des cerbères protégeant le centre névralgique de la culture du tabac. Magnifique, et tellement apaisant.

Le matin avant de partir de la Havane, j’avais appelé pour confirmer notre arrivée. C’est que je ne faisais pas trop confiance à la seule réponsePour lire la suite

Trois semaines à Cuba en famille: la Havane (1)

La réalisation d’un rêve

Vous connaissez l’histoire du mec qui butine d’une femme à l’autre pendant des années sans même ne s’apercevoir que sa voisine pourrait bien être LA femme qu’il cherche tant. Eh bien, c’est un peu mon histoire et ma voisine s’appelle Cuba. Non mais c’est vrai, l’ile n’est qu’à quelques kilomètres passés la Floride mais elle est à peu près le 30e pays que je visite. Désolé de t’avoir ignorée aussi longtemps ma belle!Pour lire la suite

André Brugiroux, l’homme qui voulait voir tous les pays du monde

André Brugiroux, L’homme qui voulait voir tous les pays du monde.

Avant de dire « quel livre! », j’aurais envie de dire « quelle vie ». Depuis qu’il est tout jeune, lors de la seconde guerre mondiale, André Brugiroux a un rêve assez bien défini. Bon, comme tous les gamins vous direz. C’est vrai mais le seul problème est que son rêve à lui est plutôt irréalisable à l’époque : visiter tous les pays du monde. Dès son départ pour l’Écosse en 1955 alors qu’il n’a que 17 ans, il saisira toutes les opportunités qui s’offriront à lui afin de « connaître du pays ». Ce livre relate donc les 60 années qu’il a passées sur les routes du monde à la poursuite de son rêve d’enfance.Pour lire la suite