Voyager tout le temps

Le voyage est un état d'esprit

trois semaines à Cuba en famille (2): Viñales

Voici la deuxième partie de notre voyage de trois semaines à Cuba en famille: destination Viñales.

Viñales

« Tout d’abord l’homo habilis, une vraie brute qui savait tout juste battre le briquet, est parti en avant-garde, il y a un million d’années; puis l’homme de Neandertal, qui enterrait ses morts au lieu de les manger a suivi quatre cent mille ans plus tard; enfin, il y a quelques dizaines de millénaires à peine, l’homo sapiens, l’homme moderne, qui ressemble beaucoup aux deus précédents sauf qu’il fume des havanes. » Philippe de Baleine

Quatre petites heures de route séparent la Havane de ce coin de paradis. Le petit village de Viñales est situé aux pieds de mogotes, ces structures géomorphologiques qui semblent avoir été érigées-là comme des cerbères protégeant le centre névralgique de la culture du tabac. Magnifique, et tellement apaisant.

Le matin avant de partir de la Havane, j’avais appelé pour confirmer notre arrivée. C’est que je ne faisais pas trop confiance à la seule réponse reçue par courriel quelques semaines auparavant : un laconique « Bueno, todo esta bien ».

villa_Yeleidys– Bonjour Madame, je parle avec la propriétaire?

– Non, elle n’est pas ici.

– Ok, je voulais juste confirmer que nous arriverons vers 13h.

– Aujourd’hui?

– Oui

– Bueno!

– Quelqu’un viendra nous chercher?mogotes

– Euuuh! Si, si, si

– Bon, heu, eh bien à plus tard.

– Si, si, si.

Clack!!!

Inchallah, comme on dit ailleurs.

En descendant du bus, Yeleidys radieuse nous attendait accompagnée de son fœtus de huit mois. Elle n’en a rien à cirer de nos nombreux bagages et se précipite sur Annie pour lui subtiliser Félicia. Nous n’existons plus. Heureusement, seulement quelques dizaines de mètres nous séparaient de sa maison. Dès l’arrivée à notre chambre, subjugués que nous étions devant la beauté de sa demeure, nous nous rendons compte qu’un membre du quatuor manque à l’appel. Félicia est disparue, volatilisée! Tout comme Yeleidys d’ailleurs. Elle avait oublié de nous informer que l’offre qu’elle nous avait faite de porter Félicia incluait une clause lui autorisant une visite particulière du voisinage. Ainsi, on se fait dire de ne pas nous inquiéter, qu’elle reviendra sous peu, dès qu’elle aura terminé de pavoiser avec notre chérie de quatre mois. En réalité, on ne s’en faisait pas trop car tout au long du voyage il était coutume qu’on nous la confisque. Au restaurant, il n’était pas rare que la serveuse nous tende les bras pour de s’occuper de Félicia afin que nous puissions manger tranquilles, au diable les autres clients. Il pouvait aussi arriver que la grand-mère de nos hôtes l’assoie sur ses genoux et lui fredonne quelques airs anciens cubains.

Le tabac, moteur économique de la vallée

vinales_tabac_champDès les premiers rayons de soleil, le silence laisse place aux cris des paysans vers leurs bêtes de somme tractant les charrues qu’on dirait d’un autre temps. C’est qu’autour de Viñales pousse un tabac qui permet de confectionner les havana, les meilleurs cigares au monde. La récolte est bien entamée et les feuilles sont déjà à l’étape du séchage. Signe que le procédé n’est pas encore trop avancé, les feuilles sont émeraudes et gracieuses. Elles sècheront et bruniront au cours desDSCF1229 prochaines semaines mais pour le moment elles se donnent en spectacle tout en couleur et en odeur. Ne vous méprenez pas, les cigares consommés par les Cubains et les Cubaines ne sont pas des Cohibas ou des Montecristos pourtant fabriqués dans la région. Ils se contentent plutôt de fumer des barreaux de chaise façonnés des parties moins nobles du plant.

Il en va de même pour la boisson nationale. Dans tout bon débit de boisson on peut trouver un bon rhum blanc maison. Grand amateur de rhum devant l’éternel, j’ai été agréablement surpris par cet alcool utilisé à toutes les sauces, ou plutôt à tous les jus.

10 choses à faire en famille à Viñales

Une fois bien installés dans nos quartiers on se demande ce qu’on va faire durant la prochaine semaine. « Faut-il absolument faire quelque chose » osai-je. On ne se le cachera pas mais les huit premières activités à inscrire dans cette liste entrent dans la catégorie « ne rien faire » et cela avait de quoi nous plaire. Ainsi, discuter avec Yeleidys et sa famille, lire sur le hamac, aller voir les animaux ambulants avec Floriane, se balader dans le village et autour, se restaurer, visiter une finca de tabac, prendre des photos et tester tous les bancs de parc du village sont nos activités préférées. Pour le reste, nous choisissons deux activités.

famille_grotteDonc, 9- une grande promenade jusqu’à un grand hôtel perché en haut d’une colline près du village. Nous y allons parce que la vue sur Viñales et les environs est superbe mais aussi pour profiter de la piscine. L’eau est glacée mais il est fascinant de constater à quel point les enfants ne sont pas atteints per certaines lois de la physique.Vinales_luiz

10- Une randonnée dans les montagnes environnantes. On nous dit que nous avons trois choix. Nous pouvons contourner les mogotes, monter sur les parois (c’est un paradis pour les grimpeurs) ou passer au travers. La deuxième option nous semble la plus intéressante mais faire de l’escalade avec un enfant sur le dos n’est pas recommandé. Puisque contourner des montagnes nous avons fait ça mille fois, nous optons pour la troisième option. Passer au travers. Quelques centaines de mètres au sortir de Viñales et le coup d’œil est magnifique. Une grotte naturelle s’est formée au travers de la montagne à peu près à mi-hauteur. Donc, petite montée, traversée dans l’obscurité (Félicia n’aime pas trop et ça donne lieu à un moment un peu surréaliste que nous avons immortalisé sur cette vidéo) et dévoilement d’un magnifique paysage.

Retour à Varadero

annie-plage-cubaNotre chauffeur nous avait prévenu, en entrant sur la péninsule de Varadero, on n’est plus à Cuba. Il ne pouvait pas si bien dire. Ici, tout est fait en fonction du tourisme de masse. Bien que nous ayons accès à une cuisine dans notre casa particular, nous avons toutes les misères à trouver quoi que ce soit à cuisiner. On a marché une heure pour trouver des œufs, sans succès. Pour des bananes, faut se lever tôt. Tout pour les hôtels, nous dit-on. Mais comme tout le monde ici profite de cette manne touristique, personne ne s’en plaint vraiment. Varadero est peuplée de riches Cubains, du moins beaucoup plus riches que leurs compatriotes. Et pour la culture, on repassera. Tout est faux! Même les Révolutionnaires. À Viñales, quand Yeleidys se disait fidelista, elle y croyait du plus profond de son âme. Ici, ils se disent fidelistas parce que’ils doivent le dire et parce que ça fait exotique. «Tu sais pas quoi, j’ai rencontré un vrai révolutionnaire à cuba, il chantait un toune du Che Guevara » pourrait-on entendre de la part d’un fier homo quebecus primitivi.

En parlant d’homo quebecus primitivi, ils me désolent. Pourquoi se comporter différemment à l’extérieur de chez soi comme si toutes les bonnes manières avaient été interceptées à la douane. Pas habitué d’être « riches », ils se comportent comme des abrutis. Je ne comprendrai jamais ces primates exposant ostentatoirement leur bedaine tenant à la main la cause de cette excroissance abdominale.

Pour conclure notre voyage à Cuba en famille

En somme, il est très facile de voyager à Cuba et de s’imprégner véritablement de la culture qui est littéralement partout. Les Cubains sont fiers et affables. Ils ne possèdent rien et leur générosité est exemplaire. Allez-y sans hésiter, sortez des tout-inclus vous ne le regretterez pas, je vous le promets.

One comment on “trois semaines à Cuba en famille (2): Viñales”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Partagez
Partagez